Question à la UNE sur l’enseignement bilingüe

Quelques extraits d’un communiqué de presse de la RTBF :
« comment se fait-il qu’après avoir, pour certains, bénéficié de cours de néerlandais pendant 12 ans sur des bancs d’école, des lycéens sortent du secondaire en sachant à peine aligner trois phrases ?

Faut-il mettre en cause l’enseignement ? Les programmes scolaires ? La méthode ? La formation des profs ? La motivation des élèves ? Ou celle de leurs parents ?

L’école est-elle le lieu de l’enseignement des langues étrangères ? Le néerlandais est-elle une langue trop difficile pour nos cerveaux latins ? Fait-on assez d’efforts pour s’ouvrir à la culture de nos voisins ?

Malgré les énormes efforts fournis par les pouvoirs publics (aides linguistiques, bourses d’immersion, chèques langues, échanges d’enseignants entre les deux communautés,…), les résultats ne sont pas à la hauteur. Certes, le niveau progresse, mais bien en deçà des attentes et surtout des exigences des milieux professionnels publics comme privés. Résultat : quantité d’emplois ne sont pas attribués à des francophones en raison de leurs faibles compétences en matière linguistique. Et le fait de prétendre que les Flamands connaissent de moins en moins bien le français n’est pas une consolation : globalement, leur niveau de bilinguisme est supérieur au nôtre, c’est un fait, même si ça ne fait pas plaisir à entendre. En 1996, Laurette Onkelinx, à l’époque ministre de l’Enseignement, proclamait : « Tous bilingues en 2001 » On est loin du compte. Au fait, bilingues, nos ministres francophones ?

Une enquête de Annick Capelle et Patrick Lemy « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s